Do You Really Want to Hurt Me

Performance participative, 2019. La durée de la « danse massage » est d’environ 15min. Scénographie : Tapis de gym, gaffeur, portant, vestes de sport, accessoires SM.

Perfomeur·euses: Nayabiwgue Abrin, Mathieu Alary, Hoang Lê, Alexis Lourme et Sacha Rey.

L’obscénité serait une question de voir et de faire voir. Dans cette performance, je propose au « regardant » de devenir « participant·e ». Toutes les quinze minutes, j’invite deux spectateur·rices à s’allonger au milieu de l’espace scénique composé de tapis de gym, pour qu’iels ne jouissent pas d’une vision frontale. Ces deux spectateur·rices se fondent alors avec les corps des quatre perfomeurs qui dansent et les massent simultanément. Ces quatre perfomeurs offrent ainsi aux deux «spectateur·rices participant·es », ce que je nomme une «danse-massage », dont le contact se situe entre le massage et l’effleurement. Tout en tournant autour de l’espace scénique, je guide par la voix et montre les positions à adopter. J’utilise le langage comme une force de mise en mouvement. D’une certaine manière ces quatre performeurs incarnent mon langage. Aussi, durant toute la durée de cette « danse-massage », je communique régulièrement avec les deux « spectateur·rices participant·es » pour m’assurer de leur confort et de leur consentement. D’autre part, dans cette pièce, j’assume une forme d’objectivation et de fétichisation des corps masculins de ces quatre performeurs. Je tente de déconstruire la représentation hégémonique hétéro patriarcale du corps masculin, en lui attribuant une potentialité érotique liée au service, au soin et au don, initialement ainsi que majoritairement attribuée aux femmes. D’où le fait que je me joue des codes du Sado-masochisme pour tenter de les désacraliser en induisant un certain rapport clownesque et stéréotypé grâce aux costumes et aux accessoires. Le titre de cette performance participative fait référence à la chanson, Do you really want to hurt me ? de Culture Club, sortie le 1 er septembre 1982. Le titre est volontairement sans point d'interrogation.

«Do your really want to hurt me», performance pour l’exposition Variations, Beaux-arts de Paris, Paris, Mars 2019. Crédits photographiques Adrien Thibault.
«Do your really want to hurt me», performance pour l’exposition Variations, Beaux-arts de Paris, Paris, Mars 2019. Crédits photographiques Adrien Thibault.
«Do your really want to hurt me», performance pour l’exposition Variations, Beaux-arts de Paris, Paris, Mars 2019. Crédits photographiques Adrien Thibault.
«Do your really want to hurt me», performance pour l’exposition Variations, Beaux-arts de Paris, Paris, Mars 2019. Crédits photographiques Adrien Thibault.

CONTACT

Sacha Rey

rey.sacha06@gmail.com

crédits

Logo Fragil : Sylvain Brillault
Design web : Julie Drnd

Felicità Goodbye Horses

18 juin au 10 juillet à Poush

6 boulevard du Général Leclerc, Clichy

 – gratuit, sur inscription

Read more
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram